Comment la crise du covid a impacté le marché des prêts immobiliers ?

Depuis plusieurs mois déjà, les français vivent au rythme de l’évolution du Covid 19, le nombre de malades, d’hospitalisés, de variants actifs…Tous ces chiffres qui empêchent la France d’avancer. Finalement, l’épidémie a eu peu de conséquences sur le marché de l’emprunt immobilier en 2020, pour l’année 2021 c’est une tout autre chose. La Covid fait désormais partie des critères retenus par les compagnies d’assurance de prêt immobilier. Lors de la souscription d’une assurance emprunteur, les patients ayant été atteint de la covid ou d’un de ses variants peuvent se voire confronter à des complications pour obtenir une assurance. En effet la réponse de l’expert de la compagnie d’assurance dépendra de la gravité des symptômes, du degré d’infection et de la durée de l’hospitalisation qu’aura subi le futur emprunteur.

L’épidémie et la demande de prêt.

Le Coronavirus a beaucoup d’impact sur les conditions d’obtention d’un prêt immobilier. Au moment de l’examen de la demande de prêt et d’assurance de prêt, des formalités médicales sont demandés, c’est obligatoire. Si l’emprunteur a été porteur du virus, il sera soumis à plus de tests que les autres. Si celui-ci présente des séquelles graves, qu’il a eu un arrêt de travail à cause de la covid, le prix de son assurance risque d’être majoré.

Cela s’explique par le risque plus fort de subir un arrêt ou une perte d’activité. En effet, les anciens malades du covid avec des séquelles sont plus exposés aux rechutes ou à d’autres maladies. Un arrêt prolongé entraînerait une baisse de revenus conséquente et une incapacité à rembourser le prêt.

Une personne qui souhaiterait effectuer une demande de prêt ou une délégation d’assurance en étant malade du covid est fortement conseillé de différer sa demande, sinon celle-ci risque d’être rejetée.

Hospitalisation avec un arrêt de travail de plus de 21 jours. En cas d’hospitalisation prolongée, supérieure à vingt-et-un jours, l’emprunteur devra se soumettre à un questionnaire de santé détaillé avec demande de compléments d’informations. La majorité des hospitalisations sont malheureusement justifiées par des troubles respiratoires. Dans ce cas, le manque de recul sur ces fortes séquelles et les risques qu’elles incluent entraînera un ajournement de la demande de prêt. Le projet immobilier de l’emprunteur sera donc reporté.

Hospitalisation avec arrêt de travail de moins de 21 jours. La demande de prêt nécessitera une étude plus précise que pour un dossier classique mais l’assureur pourra largement trouver une solution pour ce type de profil. Néanmoins, et comme dans tous les cas, l’obtention de l’assurance dépendra des antécédents sanitaires de l’emprunteur.

Pas d’hospitalisation avec un arrêt de travail de moins de 21 jours. La demande de prêt sera elle aussi étudiée de près mais cette situation sera moins problématique.

Que faire en cas de refus des compagnies assurances ?

Il est quasiment impossible de contracter un prêt sans assurance, de plus c’est une prise de risque énorme autant pour l’emprunteur que pour le prêteur. La covid et ses conséquences sur le long terme n’étant pas encore assez connues, cette nouvelle pathologie n’est pas référencée par la convention Aeras. Mais à ce jour, aucun emprunteur ne s’est vu refusé un contrat d’assurance à cause du coronavirus, nous ne savons également pas si cette maladie va être reconnue comme maladie invalidante par la sécurité sociale et pris en charge à 100%.

Laisser un commentaire