Prêt immobilier, quels critères d’obtention ?

Quels sont les critères d’acceptation d’un prêt immobilier ?

Attention, choc : les banques ne prêtent pas à tout le monde ! Ils examinent en détail le profil, l’historique et l’activité professionnelle de l’emprunteur afin d’évaluer sa solvabilité.

En matière de crédit, il est important de se rappeler que les banques n’ont pas toujours le dernier mot sur une affaire. Ils se tournent de plus en plus vers les sociétés de caution qui disposent de leur propre fonds de garantie mutuelle. Ces organismes fournissent une assurance aux banques en cas d’incapacité de l’emprunteur à rembourser sa dette.

Il est possible que la banque accepte de vous financer, mais pas le fonds commun de garantie. Les raisons à cela peuvent être nombreuses et variées.

Pour accorder un prêt, les banques vont poser une question importante par le biais de leur organisme de garantie : Cette personne pourra-t-elle rembourser le prêt ? Avant de déposer une demande de prêt, vous devez confirmer votre solvabilité et bien préparer votre dossier.

Voici les huit critères à suivre pour vous assurer que votre prêt est légitime en tout temps ! Critères d’acceptation d’un prêt immobilier

1 : Le premier critère est d’avoir un taux de résiliation raisonnable. Selon votre profil, vous pouvez vous attendre à un taux de résiliation maximum de 30 à 40 %.

2 : Avoir la contribution la plus significative possible

3 : La durée du prêt est le troisième critère.

4 : Situation de travail

5 : L’âge est le cinquième critère.

6 : L’état de santé est le sixième critère.

7 : La reddition est le septième critère.

8 : Choisir le bon moment

Le premier critère est d’avoir un taux de résiliation raisonnable. Selon votre profil, vous pouvez vous attendre à un taux de résiliation maximum de 30 à 40 %. Le taux d’endettement est le pourcentage de vos revenus qui sert à rembourser votre prêt. Il est d’usage de ne pas dépasser le taux de résiliation de 33 %. Cela signifie que votre salaire doit être trois fois supérieur à la mensualité du prêt. Ce chiffre est sans aucun doute théorique. Ce n’est pas une obligation pour les banques, mais plutôt une règle empirique suivie par un grand nombre d’institutions financières.

Critère 2 : Avoir la contribution la plus significative possible La banque surveille de près ses actifs et refuse de prêter à qui que ce soit. Il est important de la considérer comme une personne rationnelle qui sera plus disposée à vous prêter de l’argent par petites tranches. Le montant de votre apport devient un critère d’acceptation par la banque. Plus vous mettez de fonds personnels sur la table, plus le risque est faible pour elle. Si votre projet est de 100 euros, votre apport est de 90 euros, et que la banque n’a qu’à vous prêter 10 euros, votre crédit sera accordé rapidement. Par contre, si votre contribution n’est que de dix dollars pour un projet d’une valeur de cent dollars, votre projet pourra être mis en attente.

La durée du prêt est le troisième critère. Plus longtemps vous gardez votre argent à la banque, plus il est risqué pour la banque de vous le prêter. Sécuriser un prêt à long terme est également plus risqué puisque, si les mensualités sont moins élevées, les taux d’intérêt sont plus élevés que pour un prêt à court terme. Tout dépend de vos ressources financières et de votre capacité de paiement mensuel.

4e critère : Situation de travail Lorsqu’il s’agit de louer un logement, les banques sont plus susceptibles d’accorder un crédit à quelqu’un qui a un contrat CDI plutôt qu’un contrat CDD. Cette décision s’explique par la nécessité pour les banques d’avoir une garantie sur le remboursement des prêts. Il est nécessaire d’instaurer la confiance dans les banques pour qu’elles accordent des crédits. En conséquence, les personnes atteintes de CDD auront beaucoup plus de mal à obtenir un crédit. De même, les banques sont plus disposées à prêter de l’argent aux personnes qui sont en CDI mais qui ont de bons revenus qu’aux personnes qui sont en CDD mais qui ont de bons revenus. Cela vaut également la peine de considérer depuis combien de temps vous êtes dans votre entreprise. Plus vous serez installé, plus il vous sera facile d’obtenir un prêt.

L’âge est le cinquième critère. Les banques apprécient les emprunteurs qui seront en mesure de les rembourser sur une longue période. Ainsi, tous les jeunes ont été identifiés. En effet, obtenir un crédit sera plus facile si vous êtes primo-emprunteur entre 30 et 40 ans, plutôt que retraité. Quelle est la raison? La banque veut être là pour un client sur le long terme. De plus, un jeune a de bonnes chances de voir ses revenus augmenter…

L’état de santé est le sixième critère. Comme dit précédemment, vous devez rassurer les banques sur votre capacité à rembourser le prêt. C’est ce qui détermine si votre prêt sera accepté ou non. Par conséquent, il est essentiel que vous preniez soin de votre santé. Vous devez souscrire une assurance-crédit pour obtenir un crédit. Cette assurance vous demandera de remplir un questionnaire de santé. Si votre état de santé est jugé mauvais, votre assurance et votre crédit pourraient vous être refusés. Plus votre santé est bonne, plus vous recevrez d’argent des banques. Si vous achetez votre maison quand vous êtes jeune, vous aurez plus de facilité à obtenir un prêt. Cependant, depuis quelques années, la convention AREAS a été mise en place pour aider les personnes en mauvaise santé à obtenir un crédit immobilier.

La reddition est le septième critère. Encore une fois, pour que les banques vous accordent un crédit, elles doivent avoir confiance en votre capacité à rembourser votre dette. Être mis en faillite ou avoir été mis en faillite par la Banque de France peut avoir des conséquences négatives puisque vous serez perçu comme un mauvais payeur. Le Fichier Central des Chèques et le Fichier National de Remboursement des Crédits aux Particuliers sont tous deux consultés régulièrement par les banques (FICP). Si vous êtes immatriculé à la Banque de France, votre projet immobilier risque d’être sérieusement entravé.

Bien choisir son moment. Comme pour tout projet, il convient d’être intelligent au moment de demander un crédit. Évitez d’aller voir votre banque durant votre période d’essai, ou encore si vous avez un statut précaire au sein d’une entreprise, notamment si vous êtes stagiaire, en alternance ou en free-lance.

Certaines professions sont également considérées comme à risque : les intermittents du spectacle, les auto-entrepreneurs, etc.

Un établissement bancaire estime qu’un emprunteur chef d’entreprise ou indépendant est stabilisé au bout de 3 années d’activité. Évitez donc de venir demander un crédit la première semaine de boulot.

Vous avez besoin de renseignements ou vous questionnez sur une assurance de prêt immobilier ?

Contactez dès maintenant un conseiller Place des Finances pour vous aider.

Laisser un commentaire