L’achat de bien immobilier de plus en plus compliqué pour les jeunes ?

Un niveau d’investissement immobilier en hausse.

Il existe plusieurs conditions de prêt annulées. Certains des articles les plus chers. Les délais sont de plus en plus courts. L’achat d’un bien immobilier peut être difficile pour certains jeunes.
Un premier achat intervient généralement après 30 ans. Un certain niveau de stabilité professionnelle et financière est associé à cet âge. Avec un contrat CDI ou un nombre déterminé d’années d’activité indépendante, les acquéreurs trentenaires peuvent justifier de plus d’épargne et d’un niveau de revenu plus élevé afin de devenir solvables. C’est le genre de choses que vous pouvez mettre en place pour votre premier achat en France. Cependant, cela semble se compliquer si l’on observe des indicateurs spécifiques permettant aux jeunes d’accéder à la propriété.

Pour acheter, vous devez remplir toutes les conditions.

Si l’on en croit les récentes études de professionnels du secteur, les acquéreurs devront patienter encore un peu pour finaliser leur achat immobilier. Ces études montrent un certain vieillissement des acquéreurs ainsi qu’une augmentation de la somme d’argent nécessaire pour investir dans la pierre et convaincre les banques.
En 2021, combien y aura-t-il de jeunes ?
Sur le front de l’âge, Artémis courtage observe une baisse de l’âge des acquéreurs qui font appel à ses services en 2021, avec une hausse du nombre de primo-accédants entre 2020 et 2021. (25 % de ses clients avaient entre 30-34 ans en 2021 contre 32 % en 2020). Il en va de même pour Empruntis, qui fait état d’une baisse de deux points du nombre de primo-accédants (pour un total de 61,4 pour cent ).

Néanmoins, le désir d’acheter est toujours présent dans l’esprit des jeunes. Dans une étude menée avec Harris Interactive en décembre 2021 sur le parcours résidentiel des Français, les notaires ont découvert que 72% des 18-34 ans souhaitaient déménager en 2022 et 90% souhaitaient acheter. Soixante-quatre pour cent d’entre eux ont conservé leur statut de résident. Inutile donc d’étouffer cette envie qui représente une part non négligeable de l’ensemble des achats.

Des profils de cadres majoritaires.

Sur le front de l’emploi, les notaires français font état d’une forte proportion de cadres dans les achats des grandes villes, indiquant un certain niveau de revenus et d’épargne (58 % à Paris, 52 % à Lyon, 44 % à Nantes et 43 % à Grenoble et Toulouse) par rapport aux autres groupes socioprofessionnels. À Caen, là où l’âge médian est le plus élevé, la proportion de cadres s’établit à 34%.

Quels sont les critères pour emprunter ?

Un investissement immobilier toujours plus important.

En termes de revenus, Empruntis, un prêteur hypothécaire, estime que les revenus personnels ont augmenté de 4,6 % au cours de la dernière année, atteignant en moyenne 68 448 euros. Autre facteur à prendre en compte, le réseau immobilier Century 21 qui connaît une augmentation constante des sommes investies depuis 2019, en ligne avec la hausse des prix et la valeur moyenne des transactions de 1000 euros sur 20 ans. Le coût moyen d’une opération au second semestre 2021 est de 247.500 euros, avec un bénéfice de 32.000 euros, contre 207.000 euros et 5.900 euros au second semestre 2019.

A titre de comparaison, il y a dix ans, au second semestre 2011, le montant moyen était de 205.000 euros, avec un gain d’environ 43.000 euros, selon les calculs de Century 21. En effet, les taux d’intérêt étaient alors beaucoup plus élevés : selon Crédit Logement CSA, les taux d’intérêt se situaient autour de 4 % en moyenne sur toutes les périodes en 2011, contre un peu plus de 1 % en 2021. les prêts sans intérêt pour les jeunes deviennent de plus en plus limités.

Des prix flamboyants

De plus, les taux de crédit immobilier actuels (qui restent parmi les plus bas de l’histoire) ne compensent plus la hausse des prix de l’immobilier. A Bordeaux, par exemple, le prix du mètre carré a été multiplié par quatre, et dans de nombreuses autres villes, il a été multiplié par plus de deux. Malgré le fait que les restrictions et restrictions de déplacements aient permis aux ménages d’épargner massivement (avec un excédent de 187 milliards d’euros par rapport à la tendance d’avant-crise, selon la Banque de France), le retour de l’inflation (2,8 % en France en 2021) menace leur capacité d’achat. En conséquence, l’immobilier n’est plus considéré comme une valeur refuge.

Avez-vous pensé à changer d’assurance de prêt immobilier ?

Contactez Place des Finances, courtier digital, pour vous orienter vers le produit d’assurance le plus adapté à votre situation et au meilleur tarif !

Profitez GRATUITEMENT de notre service pour ÉCONOMISER JUSQU’À 75% sur votre contrat d’assurance emprunteur

Laisser un commentaire