Choisir votre assurance de prêt

Quel est le meilleur moyen de comparer son assurance prêt sans garantie ?

L’assurance de prêt est conçue pour vous protéger pendant le remboursement de votre prêt immobilier en cas de décès, d’invalidité, ou de perte totale et irréversible d’autonomie (ADI et PTIA). Outre les garanties de base exigées par le prêteur, telles que le décès et la PTIA, les garanties d’invalidité permanente partielle ou totale (IPP et IPT), ainsi que d’incapacité de travail temporaire et totale, sont couramment incluses (ITT). Une police d’assurance efficace offrira une réclamation forfaitaire plutôt qu’indemnisée. Ces garanties permettent à l’emprunteur d’être protégé pendant la durée de son prêt immobilier.

Comment savoir combien vous coûtera votre assurance prêt immobilier ?

Il est primordial de distinguer deux formes d’assurance : l’assurance groupe et l’assurance déléguée, afin de faire le meilleur calcul possible pour l’assurance de vos emprunteurs.
L’assurance de prêt groupe de votre banque assure une tarification cohérente et uniforme du prêt. Le terme « assurance calculée » fait référence à une assurance calculée sur la base du capital de départ. Pour tous les emprunteurs qui choisissent un contrat collectif, la formule de calcul reste la même.

L’assurance déléguée (ou individuelle) d’emprunt se caractérise par des cotisations dont le montant est réévalué chaque année. Le calcul est basé sur le capital encore dû, et non sur le capital de départ. Le taux d’intérêt est plus élevé au début du prêt, mais il diminue progressivement au fil du temps.

Avez-vous déjà essayé une simulation de crédit ?

Et vous avez la solution : l’idéal est d’utiliser un comparateur d’assurance de prêt et d’évaluer son coût sur une période de 10 ans pour déterminer le taux le plus avantageux entre une assurance capital initial basée sur le crédit et une assurance capital basée sur la dette.

Calculez votre capacité de remboursement.

Pour obtenir un logement sans bouleverser votre situation financière, vous devez d’abord déterminer votre capacité de remboursement. Il est déterminé par votre régime d’équivalence (si vous en avez un), vos revenus et vos dépenses. Une fois la mensualité du nouvel emprunt prise en compte, les banques estiment que vos dettes ne doivent pas dépasser le tiers de vos ressources. C’est une hiérarchie d’importance qui peut changer quelque peu selon les niveaux de revenu.
Si vos ressources sont limitées, votre taux de réinvestissement devrait être plus proche de 20 % afin de maintenir un niveau de vie confortable. Avec des bénéfices confortables, la banque sera plus solvable avec ce taux de 33 %. Un exemple concret : pour déterminer votre mensualité future, utilisez le loyer actuel comme point de départ. Si vous êtes déjà propriétaire d’un logement ou si votre état de santé vous empêche de trouver une police d’assurance, vous pouvez toujours mettre sous séquestre un de vos biens pour couvrir le crédit en cas de défaillance de l’emprunteur.

Laisser un commentaire