Quelles sont les alternatives de sécurité énergétique ?

Afin de lutter contre la précarité énergétique, le gouvernement a mis en place un certain nombre de programmes qui aideront les ménages qui ont du mal à payer leurs factures

Les ménages qui manquent de ressources financières ou d’un logement adéquat pour couvrir le coût de l’énergie nécessaire à leurs besoins de base – se laver, cuisiner et se chauffer – sont dits en situation de précarité énergétique. La définition de la précarité énergétique par l’Onpe (Observatoire National de la Précarité Energétique) repose sur un certain nombre de critères, dont le taux d’effort énergétique (TEE), l’indicateur de bas revenus et de fortes dépenses (BRDE), et l’expérience du froid ouvert.

Financer la lutte contre la précarité énergétique

En premier lieu, les ménages en situation de précarité énergétique peuvent se tourner vers l’énergie à carreaux. L’Etat envoie ce chèque une fois par an. En 2022, selon les revenus des ménages, le chèque énergie proposera aux Français ayant des factures énergétiques excessives entre 48 et 277 euros. Chaque foyer en situation de précarité énergétique ayant eu des revenus déclarés aux impôts l’année précédente s’est vu adresser automatiquement ce chèque. Il fonctionne avec n’importe quel type d’énergie. Le montant du chèque énergie de préaffectation peut être directement déduit de la facture énergétique d’un ménage en en faisant la demande.

En plus du gouvernement, les citoyens sont encouragés à lutter contre la précarité énergétique en faisant de petits dons à leur consommation d’énergie. L’idée est que chacun choisit un certain nombre de centimes par kilowattheure à donner au Fonds de solidarité énergétique, qui distribue ensuite l’argent récolté à des organismes qui soutiennent les ménages en situation de précarité énergétique.

La lutte contre la précarité énergétique s’accompagne d’améliorations environnementales plus économes en énergie.

Le coût de l’énergie ou les faibles revenus ne sont pas les seuls facteurs contribuant à la précarité énergétique. Fréquemment, le coût d’entretien d’un appartement est élevé car l’isolement est médiocre, vétuste ou inexistant. Ainsi, l’État agit pour lutter contre la précarité énergétique en encourageant les aides financières destinées à renforcer l’efficacité énergétique d’un logement. Plusieurs programmes peuvent être combinés selon les fonds et les projets envisagés :

  • Habiter Mieux, de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) ;
  • MaPrimeRénov’ ;
  • taux de TVA réduit pour le projet ;
  • écoprêt…

Ces programmes d’aides s’adressent non seulement aux propriétaires de leur logement mais également aux allocataires sociaux qui bénéficient également d’une réduction de la taxe foncière sur les biens immobiliers. L’encouragement à la rénovation énergétique coopérative passe notamment par l’accès des groupements de copropriétaires à MaPrimeRénov et au programme France Relance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.